Antigua et Barbuda

11th Juin 2017

S’éloigner des complexes touristiques pour découvrir ce que les îles cachent de sauvage et de secret. Découvrir la mangrove d’Antigua à bord d’un kayak de mer. Passer une journée à English Bay, ancien bastion anglais, et explorer les remparts, la vieille base navale et les bâtiments d’époque. Se prélasser à Valley Church Bay, plage de sable blanc restée miraculeusement déserte…

Antigua

La capitale, St John, et beaucoup de villes témoignant de l’époque coloniale ; une nature généreuse : plongée, kayak, observation d’oiseaux, grottes de calcaire…

Barbuda

L’authenticité des Antilles ; un seul village, quelques vestiges coloniaux, des plages désertes et une réserve de frégates.

L’emblématique turquoise laiteux des eaux et les plages de sable blanc poudreux d’Antigua font à la fois la renommée et la beauté de l’île. La légende et l’office de tourisme affirment qu’il y en a 365. On n’a pas essayé de compter.

À Barbuda, c’est encore mieux : là, les plages sont roses et largement désertes ! Sur la côte sud-ouest, elles s’étendent sans interruption sur 17 km. À Antigua, en bien des endroits, le tapis de sable fin s’enfonce doucement dans la mer et les courants sont absents, rendant la baignade sûre, même pour les enfants. C’est particulièrement vrai sur la côte ouest, comme à Dickenson Bay, l’une des principales zones touristiques de l’île. L’eau est tiède, une vraie sinécure (entre 24 °C en hiver et 27 °C en été).

 

Laisser un commentaire